Qu'est-ce que le syndrome de Raynaud ? Explications

La décoloration des doigts au froid, appelée « acrosyndrome vasculaire paroxystique », ou « syndrome de Raynaud », est un trouble de la circulation des vaisseaux sanguins apparaissant vers la quarantaine. Les causes sont multiples et les traitements médicaux quasi inexistants. Il existe néanmoins quelques solutions de prévention efficaces. Explications.

Le syndrome de Raynaud : définition

Décrit par Maurice Raynaud en 1862, le syndrome de Raynaud est un trouble de la circulation sanguine souvent déclenché par le froid et le stress qui se manifeste par un engourdissement et/ou des douleurs aux extrémités, doigts et orteils essentiellement, mais aussi parfois le nez et les oreilles. A ne pas confondre avec la « maladie de Raynaud » (appelée également « syndrome de Raynaud primitif »), dont les symptômes sont identiques mais dont l’origine est inconnue.

Quelles sont les causes ?

Le syndrome de Raynaud, beaucoup plus rare et plus grave que la maladie, peut être causé par : Des maladies qui atteignent les vaisseaux sanguins, comme la sclérodermie Certaines professions pouvant provoquer des dommages aux vaisseaux : c’est le cas de la maladie des engins vibrants (marteaux piqueurs, perceuses, burins) qui entraîne des microtraumatismes répétés de la région atteinte, les ouvriers qui manipulent le chlorure de vinyle, la silice, l’arsenic, la glace ou un produit réfrigérant peuvent également développer le syndrome de Raynaud La prise de certains médicaments à long terme, comme les béta-bloquants (hypertension artérielle), les dérivés de l’ergot de seigle (migraine), la cyclosporine (greffe), les antimitotiques et l’interféron (chimiothérapie) La dysthyroïdie

Les symptômes du syndrome de Raynaud

Toutes les extrémités peuvent être touchées, mais le plus souvent ce sont les doigts (le pouce est généralement épargné) et les orteils, mais aussi dans certains cas, le nez, les lèvres et les lobes d'oreilles. Les épisodes de spasmes vasculaires peuvent durer quelques minutes ou quelques heures, mais les lésions graves sont rares. Les symptômes surviennent par crises et comportent trois phases : 1. Une première « phase ischémique » ou « syncopale » comportant une décoloration brutale des extrémités (la peau devient blanche ou cireuse) avec un engourdissement et une perte de sensibilité 2. Une seconde « phase cyanique », appelée aussi « phase asphyxique » où le doigt devient cyanosé, douloureux 3. Lorsque la circulation reprend dans la partie touchée, une rougeur apparaît ainsi que des douleurs pulsatiles : c’est la « phase érythralgique » ou « de récupération ».

Quels sont les remèdes?

Quelle que soit la cause du syndrome du syndrome de Raynaud, des traitements naturels existent. Le réchauffement des mains avec l’utilisation de chaufferettes reste la solution la plus efficace pour augmenter l'écoulement sanguin dans la peau. Ces petites bouillottes de poche contiennent de l’acétate de sodium, un liquide qui peut monter à 52°C. Il vous suffit de clipser la petite pastille de métal qui se trouve à l'intérieur des chaufferettes pour activer l’action chauffante. Les manœuvres pour réchauffer les extrémités permettent de faire passer plus rapidement les crises. Il faut alors bouger les bras, les doigts ou les orteils, et masser les parties atteintes. Lorsque le stress est à l'origine de la crise, il est conseillé de se rendre dans un endroit calme et, tout en réchauffant les parties atteintes, utiliser des techniques de relaxation (respiration abdominale…). Le traitement médicamenteux est débuté lorsque les remèdes naturels s’avèrent inefficaces à réduire la gravité des crises. Même si cela reste rare, l’approche la plus courante consiste en la prise d’un inhibiteur calcique à longue durée d’action. Rare et assez lourd, le syndrome de Raynaud n’est cependant pas une fatalité. Quelle que soit l’origine du syndrome, le réchauffement général du corps ainsi que des parties atteintes reste la meilleure solution pour prévenir et soulager les crises.